Villa Poiret : chateau du 20ème siècle

La résurrection d’un fleuron de l’architecture cubiste

Pour les passionnés d’architecture que nous sommes, la visite de la villa Poiret a été une occasion unique de découvrir un trésor de l’architecture, aux allures si contemporaines, signé Rob Mallet-Stevens, grâce à l’amabilité de l’actuel propriétaire, Laurent Brun qui nous a ouvert ses portes.

Assisté par l’architecte des bâtiments de France, Laurent Brun a engagé des travaux considérables qui ont duré un peu plus de neuf moins afin de redonner à cette demeure (qui compte une surface habitable de 800 m2 et 600 m2 de terrasses accessibles) son aspect et éclat d’origine. En effet, tous les principes cubistes chers à son concepteur ont été respectés: surfaces unies, arêtes vives, courbes nettes, angles droits, clarté.

Villa Poiret - entrée

Villa Poiret - entrée

détail vue du jardin Guévékian

détail vue du jardin Guévrékian

A noter les modifications récentes de l’actuelle et vaste entrée principale qui lui donne un caractère majestueux avec ses bacs cubistes agrémentés d’oliviers et son sol tapissé d’une allée de galets que Guevrékian qui a dessiné le jardin de la Villa Noailles, ne renierait pas !

 
La pièce la plus impressionnante est sans conteste le hall-salon encadré par d’admirables baies vitrées d’une hauteur sous plafond de 7 mètres. Ce hall fut transformé en salon par la vicomtesse Elvire Foy d’origine roumaine, plus connue sous le nom d’ Elvire Popesco (qui repris l’édifice y a vécu jusqu’en 1985). Elle y installa une cheminée en briques un peu écrasée par cette perspective et fit quelques modifications destinées à conforter l’habitabilité de la villa. Les anciens espaces de réception et la chambre de l’actrice sont devenus salon en double hauteur; bureau et salle de cinéma. La tour de la cage d’escalier rythmée par une ouverture en hublot (modification de Rob Mallet-Stevens confiée à Paul Boyer, architecte) rappelant le style paquebot, donne accès à un belvédère sous auvent, depuis lequel on regarde Paris et La Défense. Dans la partie sud-ouest, une vaste cuisine contemporaine a été réaménagée à l’endroit de celle d’origine, et dans l’enfilade les petites pièces des domestiques ont été regroupées pour donner une vocation musicale à ce lieu qui retrouve l’animation qu’il mérite. Tous les sanitaires d’origine qui pouvaient être restaurés ont été conservés au rez-de chaussée dans la partie réservée aux invités, par contre la robinetterie d’époque a dû être changée. En revanche, à l’étage, les six chambres qui ont conservé leur fonction d’origine ont été équipées de salles de bains raffinées aux standards contemporains. 

Le parc peuplé d’arbres rares, s’étend sur 5 hectares avec une piscine extérieure en hauteur et une maison de gardien également classée extérieurement, et en cours de restauration. Notons pour la petite histoire que c’est le célèbre couturier Paul Poiret qui y vécut ruiné, n’ayant pas pu terminer les travaux.

Dans les mois qui viennent, Laurent Brun se prépare à terminer les travaux de la terrasse et l’aménagement du sous-sol qui sera équipé comme à son origine, d’une piscine que le propriétaire a judicieusement positionnée en bandeau afin de suivre toute la longueur du batiment. Une touche contemporaine avec une finition qui devrait rendre le faste et l’élégance d’un lieu qui a attendu si longtemps un repreneur digne de ce nom.

Un Commentaire à “Villa Poiret : chateau du 20ème siècle”

  1. » Robert Mallet-Stevens (1886-1945) Maisons Privées a écrit :

    […] des ateliers d’artistes dont l’atelier Barillet, la villa Cavrois dans le Nord, la Villa Poiret, le casino de Saint-Jean-de-Luz, une caserne de Pompiers… Dans les années 20, les voies […]