Maison-Atelier d’André Wogenscky et Marta Pan

Parmi les réalisations des années 50 qui ont marqué cette époque, la visite que nous venons de faire établit des liens étroits entre l’architecture et la sculpture. La villa construite par André Wogenscky pour son épouse, Marta Pan, et lui même, à Saint-Rémy-les-Chevreuse est une oeuvre unique puisqu’il s’agit du premier projet que l’architecte André Wogenscky réalise seul sans Le Corbusier (Maison inscrite à l’inventaire supplémentaire des monuments historiques en 1997).

Comment en effet mieux appréhender le processus créatif de l’architecte André Wogenscky et du sculpteur Marta Pan si ce n’est par la rencontre de deux parcours hors du commun. François Barré s’applique à démontrer dans « L’Oeuvre croisé » (éditions cercle d’art) combien la confrontation de leurs expériences aboutit au renforcement mutuel. Pour y parvenir, André Wogenscky doit dépasser l’architecture fonctionnaliste chère à Le Corbusier, pour s’unir sa passion de l’unité artistique et architecturale. Il invente la théorie de « l’architecture active » qu’il veut renforcer par une organisation esthétique.Tous ces principes aboutissent à une réflexion sur les proportions, la fluidité de l’espace et des couleurs. Chaque dimension est calculée selon la destination précise du lieu et la personnalité de l’occupant.

Marta Pan quant à elle, propose une expression artistique face à l’architecture. Dans la nature ses sculptures sont en complicité avec le milieu. Les murs abritent des ouvertures sans rupture. Il en est ainsi des sculptures que Marta Pan nous invite à découvrir, dans les différentes pièces de la maison, les murs, sur la terrasse et dans son jardin.

Sa réflexion sur les axes de fluidité et des déplacements est l’aboutissement de projets novateurs comme celui de la rue de Siam (1986), le mur d’eau des Champs Elysées (Patio, 1982) et celui de Saint Quentin en Yveline (de 1985 à 1997). Dans ces oeuvres majeures « l’eau structure et tient » Marta Pan. A l’inverse, ses sculptures flottantes ont introduit une dimension nouvelle dans le rapport à l’espace et au temps. »L’eau m’a servie comme alliée pour prolonger le mouvement long et continu ». De nombreuses commandes en France et à l’étranger, sont venues conforter cette approche.
Le Japon occupe une place importante dans le travail qui a inspiré ce couple de créateur.

Nous avons eu beaucoup de chance de visiter ce lieu unique et de rencontrer Marta Pan qui a disparu en octobre dernier. Elle avait accueilli avec beaucoup de gentillesse les membres de Maisons Privées.

Les commentaires sont clos.